vendredi 20 mars 2015

Jardins de poche au Laos

Au Laos, les animaux se promènent librement dans les villages. Chaque maison a donc aménagé un minuscule jardin de poche pour cultiver des herbes aromatiques et quelques condiments pour la cuisine familiale.
De l'ail, des oignons, du colza, du fenouil, de la coriandre...
Chaque jardin est soigneusement cloturé, soit par une palissade en bambou, soit protégé par des filets.




Certains jardins sont suspendus pour davantage de sécurité par rapport au bétail en liberté.

Le contraste avec l'antenne parabolique est saisissant.







On voit l'importance du bambou dans toutes les constructions.



Ci-dessous, un jardin particulièrement soigné. Admirez les salades repiquées en alternance avec les oignons!


Une grande pauvreté mais de l'ingéniosité pour tirer parti du moindre carré de terre et des ressources fournies par la nature.
Et partout, un accueil qu'on n'oublie pas !

Geneviève

3 commentaires:

Régine a dit…

Quelle mise en bouche , Geneviève !!
A moi d'être vraiment privée de nourriture,je ne suis pas très mise en appétit par toutes ces bestioles !!

Lorraine Pinet a dit…

Plus mignons les uns que les autres ...
Bravo pour ta perspicacité : j'ai passé quelques jours sur le Mékong et vu aucun potager.
Merci.
Corinne P

Geneviève a dit…

Corinne,était-ce au Laos ou dans un autre pays frontalier? Car nous avons vu ces petits jardins dans chaque village laotien, en bord de route ou près du Mékong.